Les mots me manquent

Les mots me manquent
Les mots me quittent
Dans la folie des heures démentes
Mon exutoire a pris la fuite

Sous des couverts de solitude
L'Ennui devient une habitude
Vidées de sens, les idées meurent
Histoires fanées, comme les fleurs

Et, malgré tout, les syllabes dansent
Comme un tango dans le silence
Sur un tempo aride et cru
Puisque les sons errent sans but

L'effort est vain, l'espoir futile:
La vie n'est qu'une figure de style
Marée humaine aux mille visages
Miasme infini et sans rivage

Mes songes déserts sont épuisés
Leurs oasis sont asséchés
Même leurs couleurs sont grises et ternes
Futur en deuil, désirs en berne

Jusqu'aux images, sous mes paupières
Qui, lentement, tombent en poussière
Et leur absence emplit le Vide
D'un fruit banal et insipide

J'écris du Vent, corps sans substance
De redondance en redondance
Et par abus de fioritures
Je trouve de l'or dans mes ratures

Un gaspillage insignifiant
Comme du vitrail sur un diamant
Art ridicule et contrefait
Élan distrait, plaisir désuet

Rêves parasites:
Leurs voix me hantent
Les mots me quittent
Les mots me manquent!