La Fenêtre

Cette histoire n’est pas de moi. Je l’ai lue ou entendue il y a longtemps, et j’ai eu envie de vous la partager. La mémoire étant une faculté qui oublie, certains détails ont probablement été changés, mais la beauté de l’histoire reste la même. Les noms des personnages sont fictifs.

Son nom n’a pas d’importance, mais pour les besoins de la cause, nous l’appelleront Pierre. Il était de cette poignée de gens dont on dit qu’ils ont réussi. L’argent n’était pas un souci: il vivait avec sa famille dans une belle maison d’un quartier aisé. Il travaillait beaucoup, sa femme aussi, et ils se voyaient peu. Pas vraiment d’amour, plutôt un accord tacite d’avoir l’air heureux pour sauver les apparences.

Son travail l’amenait souvent à voyager, parfois très loin de chez lui. Au cours de l’un de ces voyages à l’autre bout du pays, Pierre fût grièvement blessé dans un accident.

Il fût transporté jusqu’à l’hôpital local, où on l’informa qu’il allait probablement devoir rester plusieurs semaines en raison du nombre et de la sévérité de ses blessures. On l’installa dans une chambre à l’étage, du côté de la porte. Un rideau opaque divisait la chambre en deux. Un autre patient était déjà installé dans cette deuxième moitié de la chambre. Ce dernier se présenta: il s’appelait Marc. Pierre lui répondit par un vague  »bonjour », et feignit de dormir. Les premiers jours, Pierre ignora les tentatives de Marc d’engager la conversation. Mais l’ennui et la solitude finirent par avoir raison de son indifférence et il répondit à Marc.

Son moral s’en vu grandement amélioré et Pierre se mit bientôt à considérer Marc comme son meilleur ami, bien qu’il n’ait jamais vu son visage de l’autre côté du rideau. Ils parlaient de tout et de rien, se racontaient leurs souvenirs respectifs. Souvent, Marc décrivait à Pierre ce qu’il voyait par la fenêtre: les feuilles d’automne multicolores, les écureuils pressés de remplir leurs réserves de noix et graines, les enfants qui courraient dans le petit parc en riant, sous les yeux attendris de leurs parents.

Ces moments étaient leurs préférés. À chaque fois, la beauté de la scène posait un sourire sur leurs lèvres, et glissait un soupçon de bonheur dans leurs coeurs.

Malheureusement, Marc n’était pas entré à l’hôpital pour de simples blessures: il était gravement malade. Son ml progressait rapidement et malgré tous les efforts du personnel de l’hôpital, Marc rendit bientôt les armes, et son dernier souffle.

Pierre fût attristé de perdre ainsi un ami si sage, qui lui avait fait découvrir tant de choses si belles et à la fois si simples. Aussi décida-t-il qu’il en ferait de même pour le prochain patient qui serait installé dans sa chambre, à la mémoire de son compagnon.

Quand l’infirmière vint ramasser les affaires de Marc, Pierre lui demanda de le transférer du côté de la fenêtre, afin qu’il puisse à son tour divertir ses compagnons de chambre. La réponse de celle-ci fût un choc:

 »Je veux bien, Pierre, mais il n’y a aucune fenêtre, dans cette chambre. Marc était aveugle! »


Chacun porte en soi sa fenêtre. Certains la recouvrent d’un rideau opaque, d’autres préfèrent n’y voir qu’un ciel gris et pluvieux. D’autres encore oublient son existence ou y jettent un coup d’œil distrait de temps en temps, pour justifier une humeur instable. Rares sont les gens qui, comme Marc, visualisent toute la beauté du monde derrière, s’en imprègnent et la partagent avec tout le monde. Ils sont portant les plus heureux.

Juste une fois, tous ensemble: fermez les yeux, souriez…et ouvrez la fenêtre!

Un commentaire sur “La Fenêtre

  1. J’ai retrouvé ce texte dans un vieux cahier, il y a de cela quelques jours. Il était alors tel quel, à quelques mots près, préface incluse. Il était daté du 31 mars 2012, faisant de la version papier un souvenir de déjà presque dix ans! Mes souvenirs de cette histoire étaient déjà lointains, à cette époque. J’ai donc bien malgré moi oublié le nom de l’auteur et de son histoire originale. Même à l’époque où j’ai couché ces mots sur papier, j’ai du m’efforcer de recoudre ensemble les quelques bribes qui me restaient de l’idée originale du scénario. Si qui que ce soit peut m’éclairer quant à l’identité de l’auteur ou au titre de l’œuvre, merci de laisser l’information en commentaire, afin de pouvoir lui rendre le crédit qui lui est dû.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s