La Gardienne du Crépuscule

Haut dans le ciel, le soleil déjà décline

Et viendra la Nuit, dans sa noirceur cristalline

Les rayons d’or, bientôt, prendront leur retraite

Et les Ombres danseront dans les lueurs secrètes

Chaque soir, ainsi, mon heure je guette

Alors que les brumes toute raison rejettent

À l’horizon déjà, lentement se dessine

Le portrait d’un monde, fait de fusain et de sanguine

Lorsque Légendes prennent vie et Créatures pullulent

Alors que chante le Loup et que la Chouette hulule

Quand les Dieux Alchimistes façonnent leur égrégore

Pour fondre en électrum Lune d’Argent et Soleil d’Or

Je me tiendrai fière, régnant jusqu’à l’Aurore

Sur cet invisible monde qui, dans le noir, prends corps

Incarnant l’Avatar d’un soleil noctambule

Je serai, envers et contre tout, la Gardienne du Crépuscule

La pierre de lune n’aura d’égale, en diadème à mon front

Que l’héliodore rutilant qui me sert de blason

Le vent dans son élan deviendra ma monture

Et je porterai bravement ma seule force pour armure

Avec le monde pour bastion et le ciel pour parure

Regardant droit devant, je prendrai la gageure

De servir vaillamment cet étrange panthéon

Où les astres tiennent conseil sur la ligne d’horizon

Je danserai donc, en éternelle Funambule

Sur la corde raide d’un soleil qui capitule

Et mes pas tisseront, dans l’éclat du couchant

La toile d’un avenir aux reflets rougeoyants

La dentelle subtile donnera forme au Néant

Et la tâche Arachnéenne sera mon Testament

Incarnant à la fois Papillon et Tarentule

À la fois claire et ambiguë, la Gardienne du Crépuscule

Je resterai neutre, quoi qu’il en puisse paraître

Et seul l’Équilibre me tiendra lieu de Maître

Car ma vie n’est qu’un jeu, entre Ombre et Lumière

Un Spectacle grandiose, quand la Magie s’opère

Et si je m’en sors mieux qu’en mes jours d’écuyère

C’est que j’appris à jongler avec Tout et son Contraire

Ainsi je pus comprendre la voix de mes Ancêtres

Qui m’appris à penser, et à simplement être

Je ne crains plus la nuit, ni ses mandibules

Pas quand vont au grand jour les pires des sans scrupules

Puisque les Monstres sont les mêmes, de jour comme de soir

Je traquerai sans merci ces Démons Illusoires

Et comme, évidemment, rien n’est tout Blanc ou tout Noir

Je verrai dans la Grisaille un signe de ma victoire

Et pour qu’à l’aube, les Ombres, enfin, reculent

Toujours je resterai la Gardienne du Crépuscule

3 commentaires sur “La Gardienne du Crépuscule

  1. Mais quel magnifique élan de prose, belle amie. J’adore! Tu as un sens du rythme élégant et efficace. Ton vocabulaire riche t’aide à créer des images fortes qui titillent l’imagination.
    Bravo !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s